APRES L’ELECTION A L’AMF.

Elections à l’Association des Maires de France (AMF).

Pour la première, fois à l’AMF, deux listes se sont affrontées. Celle conduite par le maire de Cannes, David Lisnard, l’a emporté haut la main, avec plus de 62 % des exprimés dans un scrutin informatisé, qui aurait dû rencontrer une participation beaucoup plus importante (presque 70% d’abstention) même si c’est beaucoup mieux que d’habitude. Cette faible participation s’explique pour partie parce qu’il est de tradition de constituer une seule liste qui soit représentative de l’ensemble des élus. David LISNARD et son partenaire du PS André LAIGNIEL ont constitué une liste répondant aux critères habituels de diversité de l’AMF. On trouve parmi les 23 élus au bureau de l’AMF des maires LR, PS, EELV, PCF mais pas de LREM. Cette instance du fait de sa représentativité est une véritable chambre d’écho de la France « des territoires » comme ils disent. Ce faisant elle pourrait représenter une voie d’opposition au pouvoir central. Macron ne s’y est pas trompé et a profité de la faiblesse des partis politiques d’opposition tant de droite que de gauche pour tenter, bien qu’il s’en défende, d’y installer ses propres troupes afin de verrouiller cette association avec qui les relations ne sont pas au mieux depuis le début de son mandat.

Quel avenir pour LISNARD ?

Le succès de la liste de Lisnard vient confirmer la défiance de l’AMF vis-à-vis de Macron et du pouvoir central. Il donne à celui qui considère les communes comme « les PME de la République » et qui estime « quelles doivent être dirigées comme des entreprises », une audience qu’il n’avait pas jusqu’alors. Cependant, contrairement au conseil municipal de Cannes où il n’a que des affidés, à l’AMF il n’aura pas les mains libres et devra tenir compte du pluralisme de l’association. Espérant se donner une stature nationale, en vue peut être d’autres projets politiques, il pourrait au final être moins populaire qu’escompté. Certes Lisnard, n’a pas le même style que son ami Ciotti, a qui il est venu apporter son soutien du bout des lèvres au meeting que ce dernier organisait il y a deux semaines à Mandelieu. Même si LISNARD se droitise de plus en plus, il ne veut pas insulter l’avenir et ne tient ni discours raciste ou xénophobe ni populiste et ne prend franchement position pour aucun des candidats à la candidature LR : prudence de renard mais place difficile à tenir dans le contexte LR actuel ! Il préfère essayer de donner une image de la droite républicaine qui soit fréquentable versus le RN qui ne le serait pas et s’en tenir aux fonctions qu’il a choisi d’assurer. C’est ainsi que jeudi dernier c’est en tant que président du Comité Régional du Tourisme du 06, passé récemment au hachoir par Muselier et Estrosi, qu’il en annonçait la relance devant ses amis GINESY et LEONETTI avec un financement important du conseil départemental.