MAUVAIS CHOIX POUR L’HOPITAL DE CANNES

Nice Matin du 25 novembre annonce la création d’un nouvel EPHAD public à l’Hôpital de Cannes. On pourrait se réjouir de voir enfin les responsables, qui ont laissé sombrer dans une vétusté inacceptable les locaux et l’accueil de la « maison de retraite » de l’hôpital, comme ceux du centre de long séjour d’Isola Bella dépendant aussi de l’hôpital de Cannes, décider de les reconstruire. Mais les cannois doivent cependant savoir que ce beau projet n’est peut-être pas aussi idéal que le prétendent les « autorités » : direction de l’hôpital, comme Mairie de Cannes.

Car ce que ne dit pas l’article c’est que pour financer tout cela le terrain d’Isola Bella, un peu plus de 3 hectares quasiment en centre-ville, au pied de la Californie, est vendu à un promoteur !

Le service public de santé est dans un tel état de difficulté financière que pour financer une nouvelle activité ou remettre aux normes des locaux vétustes, on démembre, on cède activités, personnels, mais aussi terrain et bâtiments comme dans le cas présent. Il est clair que cette opération de crise hypothèque pour des décennies la possibilité de construction d’un autre EPHAD public à Cannes, alors que les besoins sont criants dans le bassin cannois et que les tarifs pratiqués par le privé sont prohibitifs excluants toute une partie de la population contrainte d’aller chercher ailleurs. Les multinationales de la gériatrie sont très implantées sur notre communauté d’agglomération, mais tout le monde n’a pas les moyens d’y séjourner. Il faut savoir que les tarifs de la maison de retraite de l’hôpital sont les plus faibles du département et environ moitié de ceux qui se pratiquent dans le privé.

De plus, la question de la capacité d’accueil est posée. En effet, regrouper les services d’ISOLA BELLA et ceux de la maison de retraite de l’hôpital laisse craindre une réduction de la capacité d’accueil globale même si le décompte annoncé est le même que l’actuel. Bien sûr, on nous dresse une liste exhaustive des lits à venir, mais quand on compare les services à l’existant le compte n’y est pas et en particulier dans la liste publiée n’apparaissent ni le CMP SHOAN, ni le service hospitalier de jour EXTIME tous deux basés à Isolla Bella. Il est vrai que ce sont deux services de la psychiatrie qui est la dernière roue du carrosse du ministère de la santé.

 En outre, le site actuel de l’hôpital est régulièrement saturé ; la construction de cette unité va accroitre de manière significative la circulation et les difficultés de stationnement tant pour les personnels que pour les malades et les visiteurs.

Lors de la campagne des municipales 2020 nous avions déjà soulevé ce lièvre. Notre liste, CANNES A VOUS , avait proposé de conserver le site d’Isola Bella, de le rénover et d’y maintenir une activité d’accueil de personnes âgées valides, leur offrant ainsi la possibilité d’accéder aisément au centre-ville, voire au bord de mer. Dans le même temps, il fallait travailler à d’autres moyens de financement de la reconstruction de l’EPHAD S. VEIL et d’y installer celles et ceux dont la dépendance nécessite la proximité des services hospitaliers. Cela permettait, de conserver sur S. VEIL un peu de foncier pour une éventuelle extension de l’hôpital dans les années à venir et à Isola Bella une augmentation de l’accueil en EPHAD. Au lieu de cela le projet mis en œuvre verrouille totalement le foncier.

Enfin, rappelons que le projet actuel se substitue à un projet antérieur dans le cadre d’un partenariat public-privé avec Orsac-Montfleuri qui, lui, n’aurait rien couté à l’ARS, mais qui a fini par capoter du fait de la maladresse ou de l’inconséquence des décideurs porteurs du projet actuel.

La direction de l’hôpital comme la mairie de Cannes ne devraient pas se féliciter de ce projet quand il faudrait regretter la réduction du service public pour de sombres intérêts financiers et de mauvais choix stratégiques.