Avec les communistes, à Cannes et au Cannet aussi les citoyens réclament une vraie hausse du pouvoir d’achat!


Le Mardi 19 mars, une délégation du Parti Communiste, dans laquelle Jean Marie Langoureau et Pierre Bernasconi représentaient le bassin cannois, a été reçue en préfecture des Alpes Maritimes.

Les délégués ont remis, à la représentante du Préfet, des pétitions réclamant une hausse significative des salaires, des retraites et des minima sociaux. Près de 2000 signatures ont été recueillies à Cannes et au Cannet, principalement sur les marchés ou devant des écoles.

Pour financer ces augmentations, les signataires demandent la suppression de l’ensemble des mesures fiscales en faveur des plus riches et des profits (ISF, CICE…). Ils réclament aussi des mesures efficaces pour lutter contre la fraude et l’évasion fiscale qui privent l’action sociale et les services publics de 100 milliards de recettes par an!

Les délégués du Bassin cannois ont aussi remis le «cahiers de doléances» que la section de Cannes du PCF a mis à disposition des citoyens dans le cadre du Grand Débat National ainsi que la synthèse de la réunion qu’elle avait organisée dans ce cadre.

La délégation a  fait part de la grande colère qui s’exprime quand on donne la parole aux gens. La baisse du pouvoir d’achat, la mise à mal des services publics, les difficultés pour se soigner, pour se déplacer, le coût de la dépendance, côtoient dans le bassin cannois le luxe le plus indécent et le plus insolent.

Dans les semaines à venir, les militants communistes du bassin cannois poursuivront leurs actions pour le rassemblement contre les injustices en s’attaquant aux causes profondes qui génèrent les inégalités.

Une réflexion au sujet de « Avec les communistes, à Cannes et au Cannet aussi les citoyens réclament une vraie hausse du pouvoir d’achat! »

  1. Mireille BORIES

    Révélations : Geneviève Legay n’a pas été

    blessée accidentellement !!
    https://www.youtube.com/watch?v=OkStd7GcYsE&list=UUowMG5mJqgrqitF4EnZPutA
    Voici comment et par qui cette dame a été blessée, et pourquoi les autorités ne disent pas la vérité, comme au début de l’affaire Rémi Fraisse.

    Selon le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, la chute de la septuagénaire, survenue lors d’un rassemblement dans un périmètre interdit par arrêté préfectoral, n’est pas directement liée à une charge menée par les forces de l’ordre.

    Or, nous sommes là en présence de “Coups et blessures volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique sur personne vulnérable”.

    L’avocat de Geneviève Legay, Arié Alimi, annonce que des plaintes ont été déposées lundi à l’encontre de la police et du préfet des Alpes-Maritimes, après la blessure de la manifestante de 73 ans.

    Le commissaire de Police Rabah SOUCHI a empêché les street medics d’apporter des premiers soins à la dame âgée grièvement blessée à Nice.

    Geneviève Legay défendait sans violence le droit de manifester (la liberté ne s’use que lorsque l’on ne s’en sert pas).

    Elle portait symboliquement le drapeau de paix (à ne pas confondre avec celui des LGTB).

    NB : l’article 431-1 du Code pénal punit le fait d’entraver le droit de manifester de 1 an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende. La peine peut même s’élever à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende en cas de violence, voie de faits, coups, etc.

    NB : Sauvegarder cette vidéo…

Les commentaires sont fermés.