Macron, champion de la poudre de perlimpinpin et du jeu de bonneteau !

 

Gros efforts de mise en scène, vocabulaire choisi pour faire plus « peuple », mais le fond est creux. Après le discours du Président de la République force est de constater que celui-ci n’a pas pris la vrai mesure de la crise sociale et politique qui touche notre pays. Un exercice de style visant davantage à essayer de récupérer l’opinion publique. Maniant le bâton et la carotte pour les « gilets jaunes » dont il espère que la « radicalisation », attendue après cette « pseudo » prise en compte des attentes du peuple de France, provoquera une rupture dans le soutien que ce dernier apporte aux gilets jaunes. Stratégie dangereuse et qui pourrait à tout moment produire l’effet inverse de celui attendu.

Cependant, la lutte des Gilets Jaunes,  dont de longue date le mouvement social organisé a préparé le terrain (Code du Travail, SNCF, Retraites, Hôpital Public, EHPADS..), remporte ainsi quelques succès dont il faut féliciter les artisans dont la détermination doit être objet de respect.

Mascarade à propos du SMIC, miettes pour les retraités, appel à la prime de Noel éhonté aux chefs d’entreprises dont tout un chacun sait que les PME et TPE ne pourrons pas l’assurer, sortie du placard de la défiscalisation des heures supplémentaires, etc… le nouveau monde ressemble quand même beaucoup à l’ancien avec les mêmes méthodes, les mêmes recettes qui permettent de ne jamais s’attaquer au fond du problème et notamment aux profits honteux des ultra riches et des multinationales. A aucun moment le Président propose d’améliorer les services publics, de rendre la fiscalité plus juste, de lutter efficacement contre l’évasion et la fraude fiscale.

Supprimer le CICE aux entreprises qui ne l’utilisent que pour améliorer les dividendes, rétablir l’ISF dont on voit bien que la suppression n’a en rien boosté l’économie de ce pays, prélever à la source les profits des multinationales; voilà des décisions qui auraient pu apaiser la colère des français.  Et oui, c’est de plus de justice sociale, de plus de justice fiscale que les français ont un besoin vital aujourd’hui; pas de cautère sur une jambe de bois. Ce n’est pas le choix qui a été fait. Macron a préféré tenté de diviser quitte à produire le chaos.

Le mouvement des gilets jaunes va donc vraisemblablement se poursuivre, probablement se durcir avec des excès dans les actes comme dans les propos. On peut le regretter mais la surdité et l’aveuglement du Président de la République lui font porter l’entière responsabilité de cette situation.

Maintenant, partout dans le pays doivent monter les expressions écrites des doléances de toute nature : le pouvoir a cherché à gagner du temps ; nos compatriotes ne laisseront pas faire ; le PCF sera au premier rang de l’expression populaire pour faire murir les solutions alternatives qu’appelle une crise politique et sociale inédite.