Donner du « pouvoir d’achat », pour donner du « pouvoir de vivre » décemment pour tous! Moins d’argent aux actionnaires davantage à ceux qui sont dans la misère !

 

Les portes parole de Macron qui regrettent d’avoir  « été trop subtils, trop intelligents », ceux qui considèrent qu’une partie des smicards font partie des « foyers les plus aisés », confirment que la déclaration de Macron l’autre soir à la télé était bel et bien un rôle de composition, que sur le fond rien ne change et que ce gouvernement va continuer à mener sa politique en faveur des plus riches et des grandes entreprises redistributives de dividendes. Il n’y aura pas de progrès du SMIC comme annoncé, mais une augmentation de la prime d’activité délivrée par la CAF et encore pas pour tous les smicards. Ce sont donc les contribuables qui vont financer cette hausse de revenu légitime, pas les patrons. De plus cette prime ne génère aucun droit pour la protection sociale et la retraite. Encore tout bénef pour le patronat. Quant à la défiscalisation des heures supplémentaires, les expériences passées ont montré que ce n’est pas en faisant travailler plus ceux qui ont déjà un emploi qu’on permet à ceux qui n’en ont pas d’en trouver un dussent-t-ils traverser la rue.

Bien sûr, les gilets jaunes, qui sont chômeurs, retraités, artisans, salariés de PME et TPE n’appréhendent pas de la même manière ces questions. Le MEDEF, les actionnaires, le CAC 40, ce n’est pas leur quotidien. Mais le fait qu’ils demandent le rétablissement de l’ISF, montre qu’ils comprennent bien les problèmes contrairement à ce que voudraient faire croire certains. Il faut cependant aller plus loin avec, par exemple, la suppression du CICE dont l’effet sur les créations d’emplois est plus que contestable. Il faut encore aller plus loin en prélevant à la source l’impôt sur les entreprises comme pour les autres contribuables. Il y a là un gisement d’argent public qui permettrait de satisfaire immédiatement plus d’une des revendications des gilets jaunes.

Enfin, le grand débat national est une nouvelle tentative d’enfumage: on doit découper en suivant bien les pointillés. Sur le terrain comme au parlement, les communistes feront tout pour bousculer ce schéma.

Dominique HENROT 21/12/18