LES COUPS TORDUS ET L’ESBROUFE AU MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION.

 

 

 

Une « réforme »  de l’enseignement avec de la cavalerie budgétaire.

Au prétexte que les petits français seraient « mauvais » en mathématiques on veut nous faire croire qu’en réduisant les moyens avec des élèves en plus on va faire mieux.

Regardons cela de près : dans les Alpes Maritimes pour la rentrée 2018, 37 fermetures de classes pour 12 ouvertures. Cette coupe représente l’accueil pour 600 élèves environ soit environ 10% de la population scolaire publique cannoise en maternelle et primaire. Certes ces fermetures concernent tout le département. Mais pourquoi fermer des classes quand il est prévu 127 élèves de plus pour le département. Pour alléger les effectifs ici, on bourre les classes là en fermant au passage un poste de temps en temps. Et la tactique est simple : on annonce beaucoup de fermetures et, sous la pression des organisations syndicales et des parents d’élèves, on est magnanime et on lâche un peu de lest. C’est ainsi que l’école Saint Exupéry à la Bocca n’aura droit qu’à une seule fermeture (en maternelle) quand deux étaient prévues : heureux parents !

 

Il est vrai que pour faire passer les CP et CE 1 à 12 dans les zones REP+ il faut des enseignants: la Méthode Blanquer-Macron est la suivante.

C’est exactement déshabiller Pierre pour habiller Paul et c’est ainsi qu’on prétend élever le niveau des enfants de notre pays !

Finalement dans le quartier Ranguin Ranchito classé ZEP depuis 1982 et sorti du réseau REP depuis 2016 ce sont deux classes qui ferment et le collège Gérard Philippe qui voit sa dotation aussi réduite. Sans doute est-ce l’application mécanique d’une mesure antérieure qui vient à échéance. Mais qu’en est-il de la question de l’évaluation de ces coupes claires sur la réussite des élèves ?

 

Et au lycée cela va aller mieux?

 

A Carnot plus d’élèves et moins d’heures, à Bristol idem au point que les enseignants ont marqué le coup par un arrêt de travail vendredi dernier (notons au passage que ces enseignants qui ont fait une heure de grève dans l’intérêt des élèves se verront retirer une journée de leur salaire mensuel : belle arithmétique ! Il n’y a pas de petites économies). Au total les établissements publics du second degré de l’académie se verront retirer l’équivalent de 10 emplois pour accueillir 630 élèves de plus. Voilà de quoi faire progresser le niveau des élèves dans des classes surchargées.

La réforme du bac va régler tout cela prétend Mr Blanquer ?

Ben voyons, les syndicats mais aussi les associations disciplinaires ne s’y trompent pas et font leurs comptes :

La quasi-totalité des enseignants des disciplines scientifiques sont vent debout contre cette réforme dont ils ont mesuré qu’elle servirait d’abord à réduire les horaires disciplinaires et supprimer des postes.

Applaudi par toute la droite et sa presse, Le Ministre triomphe aisément dans le public d’une émission taillée sur mesure et sans véritable contradicteur : à vaincre sans péril ….

Réformer le système éducatif, pour l’améliorer, nécessite de prendre du temps .C’est une affaire complexe pour laquelle on ne peut se passer des formes d’intelligence collectives qui pourraient être mobilisées dans le monde enseignant. Les décideurs, prennent trop souvent pour modèles des expériences lointaines et souvent discutables mais oublient toujours la richesse d’expérience professionnelle qui existe au sein de notre propre système d’enseignement.

La vérité est la suivante : d’un côté le Joueur de flûte qui vous explique qu’enfin on « réforme » au pas de charge dans l’intérêt de la nation et des générations à venir et de l’autre les verrous austéritaires draconiens qui renforceront les inégalités sociales et déchirent le tissu territorial.

Nous ne suivrons pas le Joueur de flûte : nos enfants ne sont pas des rats.

Jeudi matin à 8 heures les parents d’élèves des écoles de Ranguin Ranchito  manifesteront dans le quartier. Les communistes cannois serons à leurs cotés.

 

Dominique HENROT