Archives mensuelles : février 2017

AVEC THEO !

 

50, selon la police!

  Nous étions donc une cinquantaine rassemblés sur les allées de la Liberté (tout un symbole) pour soutenir le jeune Théo et protester contre les excès physiques et verbaux d’une certaine police qui salissent l’ensemble d’une corporation. D’aucuns diront que c’est peu; mais c’était important qu’à Cannes l’indignation se fasse aussi entendre. Bien sur, l’appel s’est fait en catastrophe, un jour et à une heure peu faciles pour la plupart d’entre-vous absents mais tout autant indignés que les présents. La présence du « barnum » du semi marathon autour du kiosque nous a rendu peu visibles certes, mais les passants ont souvent été sensibles à notre présence. J’en veux pour preuve ce groupe de jeunes venus à Cannes pour un match de basket ball et qui se sont joints à nous quelques instant. La jeune Grâce,  étudiante salariée,  originaire de la banlieue parisienne a même bien volontiers pris la parole comme le montre notre photo.

De la même manière que les actes des éducateurs et les curés pédophiles doivent être reconnus criminels et sévèrement sanctionnés, les actes des forces de l’ordre qui usent de leur uniforme pour s’affranchir de leur devoir de respect de tous les citoyens doivent aussi être sévèrement sanctionnés. Le pouvoir, le ministère de l’intérieur, la hiérarchie et même les représentants syndicaux ne peuvent  trouver à ces actes d’excuses, de circonstances atténuantes. Il faudra encore et encore souvent s’indigner, se rassembler pour protester contre tous les abus que le pouvoir cautionne plus ou moins.

Je profite de l’occasion pour vous signaler que l’assemblée vient de voter(le jeudi 16) un texte allongeant la durée de prescription de certains délits compte tenu des progrès scientifiques: bonne chose. Mais dans le même texte un amendement établit là où il n’y en avait pas jusqu’alors une  prescription de 12 ans  pour les infractions « occultes » et « dissimulées ». Il sera encore plus difficile de mettre au jour des montages de fraude complexes. Une vraie prime à la fraude financière. Avec cet amendement la moitié des « combines » de Mr FILLON seraient prescrites. Quand allons nous, comme les Roumains, descendre dans la rue contre ce genre d’auto amnistie?

Dominique HENROT

Avec Théo et les autres victimes

Rassemblement à Cannes, samedi 18 février 2017

15h – CANNES – Allées de la Liberté

Premiers signataires : ADN, ACR, FSU 06, Habitat et Citoyenneté, Les amis de la liberté, LDH 06, MRAP 06, Nuit debout Nice, PCF 06, P.G 06, RESF 06, Thalès Menton, Tous citoyens !

Initiative nationale : Cran, Ligue des droits de l’Homme, Mrap, SOS Racisme, CGT et FSU

Les faits qui se sont produits à Aulnay-sous-Bois sont graves.

Le déni par les autorités policières, les déclarations racistes qui en ont suivi sont inacceptables. Inacceptables pour les premiers visés, qui supportent quotidiennement des contrôles dont chacun sait qu’ils n’ont qu’un très lointain rapport avec la réalité de la délinquance.

Inacceptables pour toutes celles et ceux qui souhaitent bénéficier d’une police respectueuse des personnes et de leurs droits, garante des libertés et de la sécurité publique.

Inacceptables, enfin, pour la police elle-même, dont l’honneur est entaché par ces comportements.

Lorsque des agents ayant autorité outrepassent leurs droits et violent ceux des autres, ils menacent le pacte républicain qu’ils sont chargés de défendre.

Les faits qui se sont déroulés à Aulnay sont d’une exceptionnelle gravité. Mais ils sont loin d’être isolés. Il est temps d’y porter un coup d’arrêt, temps de réaliser qu’au-delà des faits incriminés, c’est l’ordre public lui-même qui est mis en cause, et, avec lui, la sécurité de toutes et tous.

Nous rappelons avec force que la loi puise sa force dans le fait qu’elle vaut pour tous et que la République n’a d’avenir que dans le respect de sa devise.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs d’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, toutes celles et ceux qui jugent urgent de rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de l’ordre, à organiser un rassemblement largement unitaires de solidarité et de protestation le samedi 18 février 2017, à Nice, 15h Pl Garibaldi,et à Cannes sur les allées de la Liberté en soutien à Théo, contre des dérives policières auxquelles il faut porter un coup d’arrêt.

Nous appelons le gouvernement à prendre la mesure de la gravité des événements et à prendre en compte les propositions portées par la société civile en matière de lutte contre le racisme et de sécurité publique

Nous ne laisserons pas détruire la Sécurité Sociale !

 

Appel des candidats communistes aux législatives à des engagements du plus grand nombre pour une protection sociale et un système de santé digne du 21ième siècle.

Les attaques de François Fillon, candidat de la droite, contre la Sécurité sociale ou celles d’autres candidats, ont suscité une intense réaction dans notre pays qui montre l’attachement de notre peuple à une protection sociale solidaire et sa volonté d’en débattre.

La Sécurité sociale que nous voulons doit être celle du 21ème Siècle, reposant sur les valeurs issues de 1945, du Conseil National de la résistance, que montre bien le film de Gilles Perret, La Sociale.

Nous voulons que la Sécurité sociale soit au centre de la campagne de la présidentielle comme de celle des législatives.

– Branche maladie: généralisation de la prise en charge à 100 % pour tous des soins.

– Branche vieillesse: garantir le droit à la retraite à 60 ans à taux plein.

– Accidents du travail: renforcer la médecine du travail en liaison avec les CHSCT

– Branche famille: étendre les prestations familiales par la création d’une allocation pour le premier enfant pour toutes les familles et la revalorisation des prestations pour le deuxième enfant.

– Rétablir l’élection au suffrage universel des représentants des assurés sociaux dans les conseils d’administration des caisses de sécurité sociale.

– Réformer le financement, notamment par l’extension des prélèvements sociaux à tous les revenus financiers au même niveau que les cotisations sur les salaires.

Les moyens existent pour un accès aux soins de proximité; pour supprimer tout type de franchise, forfait ou autre dépassements d’honoraires comme déremboursements de médicaments ; pour développer les services publics de santé, tant hospitalier qu’ambulatoire ou médico-social, sur tout le territoire.

Les moyens existent du financement solidaire que nous voulons, basé sur le principe «chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins», en revenant sur les suppressions de cotisations sociales, en faisant cotiser les revenus financiers, en luttant contre la fraude sociale des patrons, en modulant la cotisation pour valoriser l’emploi, en élargissant la Sécu à une sécurité d’emploi et de formation tout au long de la vie, avec une retraite à taux plein dés 60 ans, pour ne prendre que ces quelques exemples.

Christine SCHOUVER et Dominique HENROT, candidats « Uni(e)s pour l’humain d’abord » aux législatives dans la 8ième circonscription des Alpes Maritimes relaient cet appel à l’ensemble des forces syndicales, associatives et citoyennes, aux mutuelles, aux professionnels de santé pour que la sécurité sociale soit au cœur des enjeux électoraux de 2017.

DES DEPUTE-E-S AU SERVICE DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL ET DU PROGRÈS SOCIAL !

Alors que les débats politiques s’enlisent dans les affaires politico-financières et judiciaires des candidats « Fillon » et « Le Pen », les députés communistes et Front de gauche font voter quatre propositions législatives au service du progrès social.

► Organisation sous l’égide de l’ONU d’une « COP de la finance mondiale », pour l’harmonisation et la justice fiscale

► Revalorisation des retraites agricoles

► Allongement de la durée des congés maternité et paternité

► Proposition de résolution européenne demandant que le Parlement français soit consulté avant la mise en œuvre du traité de libre-échange  commercial entre l’Europe et le Canada (traité CETA)

En déposant de telles propositions législatives, et  en les faisant adopter , ils ont une nouvelle fois fait la démonstration de l’importance d’avoir à l’Assemblée Nationale un groupe de  députés communistes et Front de gauche qui agissent en permanence au service du plus grand nombre, loin des lobbies et des pression de toutes sortes.

Proposition de « COP de la finance mondiale » 

Cette proposition vise à lutter contre la fraude, l’évasion, et l’optimisation fiscale, qui représentent à l’échelle planétaire des milliards de dollars qui sont soustrait des politiques publiques au service du développement, en particulier dans les pays les plus pauvres. Cette « évaporation » fiscale est devenue un frein au développement. Une telle conférence internationale, à l’image de la COP environnementale, permettrait de réunir dans l’action les représentants des États, mais aussi les Banques, les syndicats, les ONG et les lanceurs d’alerte.

Proposition de revalorisation des retraites agricoles 

Cette proposition de loi vise à élever le niveau minimum de pension agricole, à rétablir l’équilibre financier du régime de retraite complémentaire obligatoire, à la revalorisation des pensions de retraite dans les outre-mer. La première mesure pose le principe d’une retraite à 85 % du SMIC net au 1er janvier 2018. Cette revalorisation sera rendu possible par un prélèvement de 0.1% sur les transactions financières.

Allongement de la durée des congés maternité et paternité

Cette mesure était initialement contenue dans une proposition de loi relative à l’égalité femmes-hommes prévoyant notamment des pénalités renforcées pour les employeurs qui ne négocient pas d’accord de réduction des inégalités salariales et qui recourent abusivement au temps partiel. Malheureusement des amendements adoptés ont supprimé ces mesures, l’allongement du congés maternité à 18 semaines et paternité à 14 jours (initialement proposé à 4 semaines).

Proposition demandant la consultation du Parlement avant toute mise en œuvre de l’accord CETA

La catastrophe économique, sociale et environnementale que nous promet ce traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada est rendue possible par le mépris avec lequel les Parlements nationaux et l’opinion publique ont été traités. Une telle situation exige plus que jamais que cet accord soit débattu. Cette proposition de résolution invitait le Gouvernement à consulter le Parlement avant toute mise en œuvre.