2017 : Des fleurs mais pas de couronne à La Bocca !

 

Christine SCHOUVER et Dominique HENROT ont accueilli samedi dernier une trentaine d’amis et de sympathisants de tous âges, à l’invitation du Collectif de « L’Humain d’abord – La France en commun, pour des Candidatures de Rassemblement » aux Législatives de Juin prochain.

Les deux animateurs du Collectif et candidats pressentis, « encore que les choses peuvent bouger au fur et à mesure de l’élargissement du rassemblement », dixit Dominique Henrot, ont successivement pris la parole. Ce dernier, Front de Gauche-PCF, rappela la bataille en cours pour aboutir au rassemblement le plus large contre les dangers Fillon – casseur potentiel entre autre de la Sécu et de la Fonction publique – et Le Pen – casseuse revendiquée des acquis sociaux et de la démocratie solidaire -. Bataille qui va se poursuivre même si PCF et Front de gauche viennent d’affirmer leur soutien à Jean-Luc Mélenchon et affirment  leur volonté d’aboutir à des candidatures de toute la Gauche anti-austérité aux Législatives, sous peine de « se tirer, selon l’expression de Pierre LAURENT, une balle dans le pied ». Et D. HENROT d’en appeler au sursaut « contre la désespérance sociale, l’accroissement des inégalités – avec 15 000 pauvres recensés à Cannes – » et à l’expression « de la colère et de l’espoir pour que la Finance et une Europe refondée soient enfin mobilisées au service de l’économie durable et des besoins populaires, et de l’égalité Homme-Femme ».

Avec beaucoup de sensibilité et d’émotion, Christine SCHOUVER, qui se présente comme non-encartée mais syndicaliste CGT chez Thalès et  en résonance avec le Front de gauche, se présenta comme la candidate de la lutte contre toutes les injustices : « celles faites aux victimes des attentats, de Nice et d’ailleurs, aux peuples victimes innocentes des guerres, aux réfugiés refoulés à la frontière italienne par des autorités insensibles, aux travailleurs pauvres, aux familles victimes du mal-logement, aux syndicalistes de Goodyear et à Cédric HERROU, aux femmes surexploitées et sous-payées… »

La nouvelle année fut alors fêtée avec des galettes républicaines et du cidre. Bien évidemment, on ne coiffa pas de couronne – 6ème république souhaitée oblige – mais on se promit de couronner les mois à venir d’un grand succès électoral au service des Cannois.

Jean Marie LANGOUREAU