Estrosi : d’un côté l’outrance, de l’autre la discrimination.

 

L’outrance :

« 24 millions d’euros de dégâts place de la République, (…), mais quel français peut admettre ça » en réalité cette somme correspond au montant du réaménagement complet de la place entre 2012 et 2013, bien avant les « nuits debout ». Ignorance ou mensonge ?

La discrimination :

Les « économies budgétaires » de la PACA, présidée par Estrosi se font principalement au détriment des politiques solidaires et répondant aux besoins des populations les plus fragiles. Ainsi c’est moins 5 millions d’€ pour l’économie sociale et solidaire.

C’est aussi, moins 22 millions d’€ pour fa formation professionnelle continue. Seuls les organismes dont 70% des formés obtiennent une embauche seront financés, ce qui écarte toutes les formations de remise à niveau et de lutte contre l’illettrisme qui par essence ne donnent pas accès à l’emploi mais permettent ensuite de suivre une formation qualifiante.

C’est encore les transports et les grands équipements qui sont amputés de 24millions d’€. Où sont les promesses électorales pour les TER en particulier ?

Enfin, le développement durable et les actions en faveur de l’environnement sont, elles, impactées de 8 millions d’€ et notamment les actions liées à l’eau et au milieu aquatique.

Quant aux investissements éducatifs, ils subissent aussi un coup de rabot inquiétant et une orientation discutable. Pour les lycées le budget de fonctionnement recule de 2.2 millions d’€ ce qui ajouté aux 150 suppressions d’emplois prévues dans les deux ans qui viennent, va entrainer une dégradation des conditions  pour l’accueil, l’entretien, la restauration et l’hébergement des lycées de la région. Les investissements sont quant à eux en réduction notable de près de 9 millions d’€ et laissent présager des difficultés à réaliser le plan prévisionnel de construction et réhabilitation des bâtiments dont la région a la responsabilité.

Dans le même temps les aides aux entreprises augmentent, elles, de 3.5millions d’€ et 5 millions d’€ sont affectés au soutien aux employeurs d’apprentis. A la région comme au gouvernement on continue de faire semblant de croire d’une part que l’apprentissage est la meilleure réponse aux problèmes d’emploi alors que l’insertion durable dans l’emploi est meilleure chez les jeunes ayant suivi des formations professionnelles sous statut scolaire et d’autre part que la formation initiale doit répondre aux besoins exclusifs des entreprises locales alors que depuis longtemps la démonstration a été faite que l’adéquation entre la formation et l’emploi occupé est très faible.

remerciements au SNES FSU pour les infos