Fermeture de deux classes à Cannes

 » La préparation de la rentrée 2015 avait été marquée par un large mouvement de protestation contre la fermeture des ZEP de Cannes. Mouvement de grande ampleur avec manifestations de rue, occupation des locaux, pétitions et délégations en tout genre, pour qu’au final la ZEP soit fermée tout en gardant une « garantie » verbale de moyens. Alors que l’on pouvait s’attendre à une réelle amélioration des conditions d’accueil puisque le rectorat annonçait des créations de postes en nombre suffisant, tout le monde a été surpris de constater que l’inspecteur d’académie fermait plus de classe qu’il n’en ouvrait dans notre département. C’est ainsi que trois classes sont annoncées en fermeture à Cannes dans le secteur de la ZEP (Maurice Alice, Bocca Parc, Bocca Verrerie. Au final au comité technique du 4 février ce ne sont plus que 2 classes qui ferment a préparation de la rentrée 2016(la réaction immédiate par voie de pétition des parents d’élèves du Parc a-t-elle pesé ?). C’est une stratégie éprouvée des gens de pouvoirs (la même utilisée l’an passé pour la ZEP) : on annonce beaucoup de fermetures, de suppressions d’emplois et puis comme on est magnanime on en supprime un peu moins espérant ainsi faire passer la pilule.
Mais que sont donc devenus ces postes en nombre dont se flattait le Recteur. Il semble qu’une partie sera utilisée pour assurer un remplacement de meilleure qualité. Ce n’est pas une mauvaise chose quand on connait les difficultés de ce secteur. Mais alors cela signifie que les moyens attribués n’ont pas pris en compte l’évolution démographique du département et que pour faire face aux besoins pressants dans certains secteurs l’administration doive piocher là où la pression est moins forte. Ce faisant on fragilise l’ensemble du dispositif car on sait bien qu’il est ensuite plus difficile de rouvrir une classe que cela l’a été pour la fermer. Nous ne parlerons pas ici de l’intérêt de la stabilité des équipes pour la cohérence du projet pédagogique de l’école.
Après la suppression de la ZEP l’an passé, la dégradation de l’accueil dans le service public d’éducation s’accroit encore à Cannes avec ces fermetures prévues à la rentrée prochaine. Comment croire que les évènements ne sont pas liés? En effet, dans notre ville la concurrence entre » école publique » et « école privée » est une constante. Hélas, le service public n’en sort que rarement gagnant tant il doit subir les contraintes que lui imposent les réformes fantasques, à moyens constants ou réduits, des gouvernements successifs. Devant les incohérences et/ ou réductions des conditions d’accueil et d’apprentissage les parents se tournent alors vers le privé et ce de plus en plus tôt afin de pouvoir pérenniser cette filière pour leurs enfants. C’est le cas notamment vers les instituts Lochabair et Stanilas dont l’accès semble s’avérer de plus en plus difficile. La section du PCF Cannes et le FDG Cannes s’insurgent contre le double langage de la Ministre de l’Education Nationale et de ses représentants académiques qui prétendant créer des postes ferment en réalité des classes et détériorent le service public. »