UN REFERENDUM POUR MASQUER L’ ECHEC

Depuis vendredi le parti Socialiste vous propose de vous prononcer par référendum pour l’unité aux régionales de décembre.

Alors que le gouvernement Valls continue la mise en œuvre d’une politique de plus en plus antisociale, aux ordres du grand capital. Alors que le premier ministre traite les syndicalistes salariés d’Air France de « voyous » et continue de soutenir le ministre Macron dans son « dé tricotage » du code du travail.
Il faudrait que « le peuple de gauche » se prononce pour l’unité avec le parti dont ces gens-là sont issus. Il faudrait que « le peuple de gauche » cautionne l’étranglement financier des Régions, Départements et Commune organisé par ce gouvernement.

On nous agite l’épouvantail du l’extrême droite, mais qu’ont-ils fait d’autre que de la mettre en selle en désespérant les citoyens d’aller voter par leurs renoncements successifs.

Aujourd’hui l’unité du peuple de gauche c’est la liste « Région coopérative, sociale, écologiste et citoyenne » initiée par le Front de Gauche, EELV et des militants qui ont quitté le PS.
Il ne peut être question de cautionner la politique de ce gouvernement par un chèque en blanc au premier tour au PS. Le PS conscient de son échec annoncé à cette consultation cherche, par ce pitoyable chantage culpabilisateur à l’unité, à faire supporter cette sanction par l’ensemble des forces de gauche y compris celles qui combattent l’austérité.

Il sera bien temps de discuter de faire barrage à l’extrême droite au soir du premier tour en n’excluant aucune possibilité, même celle d’un rassemblement derrière nos têtes de listes de tous les opposants à Estrosi et Le Pen.

Le temps presse, venez participer à la construction d’une région utile aux habitants, une région coopérative, sociale, écologiste et citoyenne. Une région contre l’austérité, une région qui agit pour l’emploi, pour l’égalité des droits, pour l’aménagement du territoire en favorisant la transition écologique et énergétique, pour l’éducation, la formation, la culture, pour la démocratie….

Dominique HENROT