Cohérence, cohérence,…vous avez dit cohérence ?

Et voilà, Philippe Tabarot exit du conseil municipal de Cannes. Il démissionne à peine 18 mois après avoir prétendu en être le premier magistrat. Une pleine page dans l’édition locale de Nice Matin ! On espère autant de place pour les candidats locaux des autres listes. Car au final ce qui semble important c’est qu’il puisse faire savoir à tous qu’il est candidat éligible. Cela entre donc bien dans le cadre de la campagne électorale. Dans l’article en question, le plus jeune du « clan » Tabarot précise que c’est par cohérence, voyant mal comment il pourrait être candidat aux régionales sur une liste soutenue par David Lisnard et dans » « l’opposition » au même Lisnard David au conseil municipal !! Au passage il ne manque pas de dire tout le bien qu’il pense du maire de Cannes après l’avoir honni de manière souvent indigne pendant la campagne de mars 2014. On nous répondra qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, nous y ajouterons les opportunistes, car au final ce cher Philippe nous dit aussi qu’il ne sait rien faire d’autre que de la politique, ce qui sous-entend qu’il lui faut une place rémunérée sur l’échiquier. N’étant plus conseiller départemental, barré par l’équipe Lisnard, il ne lui reste plus que la région pour lui apporter quelques subsides. Les électeurs qui lui ont fait confiance doivent l’avoir bien amère, notamment ceux qui s’étant engagés de manière très virulente contre Lisnard,  auront du mal à retrouver grâce aux yeux du Maire de Cannes, alors que leur « chef », lui, a trouvé une solution de repli. Ce sont ces méthodes qui permettent au front national de « vomir » sur les hommes politiques.

Les candidats de la liste « Pour une région coopérative, sociale, écologiste et citoyenne initiée par le FDG et EELV ne sont pas sur le même registre, ils sont, eux, des militants le plus souvent avec un autre emploi que leur engagement politique et sans ambitions personnelles, au seul service des citoyens.

« Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère » Victor HUGO

Dominique HENROT