IRRESPONSABLES!

C’est l’accusation portée à notre égard par « nos amis » du Parti Socialiste pendant la campagne des élections départementales. Nous serions irresponsables de nous être présentés sous le logo du Front de Gauche aux élections départementales. D’ailleurs cette « manœuvre de division » de la « gauche » aurait permis le succès de la droite et de l’extrême droite à cette consultation.
Mais voilà, nos amis sont à la fois dans le déni et ont la mémoire courte. Le déni en effet, car qui cautionne un gouvernement qui tourne le dos aux engagements pris par le candidat Hollande en 2012 ? Qui considère, comme le faisait Madame TATCHER en son temps, qu’il n’y a pas d’autres choix possibles, quand nombre d’économistes disent que l’austérité n’est pas la solution avec pour preuve la situation de la Grèce après les purges que la Troïka lui a fait avaler ? Pour mémoire, si entre 2008 et 2012, le salaire moyen des ménages grecs a reculé d’environ 23%. Les 10% les plus pauvres ont perdu 86% de leurs revenus, contre 17% « seulement » pour les plus riches et le taux de pauvreté a franchi la barre des 30%: merci l’austérité !
Qui est à la fois aux côtés des parents d’élèves et des enseignants qui refusent les fermetures de classes primaires et suppressions de postes dans le secondaire et en même temps approuve la politique de la ministre de l’éducation nationale ?
Etre responsable serait donc être complètement schizophrène, pratiquer le grand écart en permanence, dire blanc aujourd’hui et noir demain sur le même sujet ? Très peu pour nous. Nous faisons le constat que Hollande, Valls et Macron ont trahis la parole du candidat socialiste à la présidentielle et qu’aujourd’hui ils mettent en place la même politique que la droite. Nous le combattons, et continuerons de le combattre avec tous ceux qui partagent cet avis.
Et le président Hollande, réécrivant l’histoire, est-il responsable quand il rapproche le discours de marine LEPEN à un tract du PCF des années 70? Cet amalgame de Hollande ne doit rien au hasard. La phrase est préparée . On voit là, la volonté du PS de continuer à normaliser le FN et Marine Le Pen, candidate idéale pour un second tour.
Privilégier la confrontation avec le FN c’est une stratégie qui se double de la volonté d’écarter toute alternative de gauche. Pour mieux écarter cette alternative de gauche, Hollande et le PS ont la volonté de nous renvoyer (les communistes) dans le camp des extrêmes pour nous marginaliser. Enfin la référence à la période (les années 70) n’est pas anodine. C’est celle de la montée en force du programme commun. On voudrait tourner le dos à ce qu’a pu être l’ensemble de la gauche, dont le PS, dans les années 70 on ne si prendrait pas autrement. Cette réaction de F. Hollande, après un reportage sur des élus et des électeurs socialistes du Pas de Calais déçus de sa politique et qui votent aujourd’hui à l’extrême droite, s’inscrit bien dans la conviction des leaders du PS : en l’absence d’une volonté politique de répondre aux attentes des couches populaires, Hollande et les dirigeants du PS abandonnent ces couches populaires à l’extrême droite.