Archives mensuelles : avril 2015

IRRESPONSABLES!

C’est l’accusation portée à notre égard par « nos amis » du Parti Socialiste pendant la campagne des élections départementales. Nous serions irresponsables de nous être présentés sous le logo du Front de Gauche aux élections départementales. D’ailleurs cette « manœuvre de division » de la « gauche » aurait permis le succès de la droite et de l’extrême droite à cette consultation.
Mais voilà, nos amis sont à la fois dans le déni et ont la mémoire courte. Le déni en effet, car qui cautionne un gouvernement qui tourne le dos aux engagements pris par le candidat Hollande en 2012 ? Qui considère, comme le faisait Madame TATCHER en son temps, qu’il n’y a pas d’autres choix possibles, quand nombre d’économistes disent que l’austérité n’est pas la solution avec pour preuve la situation de la Grèce après les purges que la Troïka lui a fait avaler ? Pour mémoire, si entre 2008 et 2012, le salaire moyen des ménages grecs a reculé d’environ 23%. Les 10% les plus pauvres ont perdu 86% de leurs revenus, contre 17% « seulement » pour les plus riches et le taux de pauvreté a franchi la barre des 30%: merci l’austérité !
Qui est à la fois aux côtés des parents d’élèves et des enseignants qui refusent les fermetures de classes primaires et suppressions de postes dans le secondaire et en même temps approuve la politique de la ministre de l’éducation nationale ?
Etre responsable serait donc être complètement schizophrène, pratiquer le grand écart en permanence, dire blanc aujourd’hui et noir demain sur le même sujet ? Très peu pour nous. Nous faisons le constat que Hollande, Valls et Macron ont trahis la parole du candidat socialiste à la présidentielle et qu’aujourd’hui ils mettent en place la même politique que la droite. Nous le combattons, et continuerons de le combattre avec tous ceux qui partagent cet avis.
Et le président Hollande, réécrivant l’histoire, est-il responsable quand il rapproche le discours de marine LEPEN à un tract du PCF des années 70? Cet amalgame de Hollande ne doit rien au hasard. La phrase est préparée . On voit là, la volonté du PS de continuer à normaliser le FN et Marine Le Pen, candidate idéale pour un second tour.
Privilégier la confrontation avec le FN c’est une stratégie qui se double de la volonté d’écarter toute alternative de gauche. Pour mieux écarter cette alternative de gauche, Hollande et le PS ont la volonté de nous renvoyer (les communistes) dans le camp des extrêmes pour nous marginaliser. Enfin la référence à la période (les années 70) n’est pas anodine. C’est celle de la montée en force du programme commun. On voudrait tourner le dos à ce qu’a pu être l’ensemble de la gauche, dont le PS, dans les années 70 on ne si prendrait pas autrement. Cette réaction de F. Hollande, après un reportage sur des élus et des électeurs socialistes du Pas de Calais déçus de sa politique et qui votent aujourd’hui à l’extrême droite, s’inscrit bien dans la conviction des leaders du PS : en l’absence d’une volonté politique de répondre aux attentes des couches populaires, Hollande et les dirigeants du PS abandonnent ces couches populaires à l’extrême droite.

Quel avenir pour la démocratie?

Les nouveaux succès de la droite et de l’extrême droite aux élections départementales doivent-ils nous désespérer d’une véritable issue alternative de dépassement du capitalisme et d’une gauche de transformation sociale?
Certes, l’approfondissement de la crise économique et politique, les fractures sociales accrues, les dénis démocratiques comme le mépris face au « non » du peuple français au référendum de 2005, la montée des thèmes liés à la « guerre des civilisations », et les déceptions politiques des alternances successives entre la « droite » et la « gauche », vont offrir en France comme dans le reste de l’Europe, des opportunités nouvelles à l’extrême droite national-populiste.
Notre région, notre département, notre ville même, votent très largement pour le FN de Jean Marie Le Pen, sa fille et sa petite fille. Cette dynastie qui dirige un parti essayant de se « dédiaboliser », ne peut s’empêcher de temps à autres de faire voir la réalité de ses pensées, de ses actes et de ses projets.
Au-delà de l’épisode « grand guignolesque » qui a fait récemment les choux gras de la presse, il est bon de rappeler que le FN est un regroupement des composantes de l’extrême droite française aux racines, pétainiste, raciste, antisémite, xénophobe, colonialiste, anticommuniste, nationaliste, aux liens forts avec les groupes catholiques intégristes. La plupart de ses responsables ont été ou sont encore membres du GUD groupement étudiant d’extrême droite hyper-violent. La montée de ce parti voulue par le PS comme par l’UMP (chacun espérant qu’il réduira ainsi l’audience de l’autre), risque à terme de se retourner contre ces derniers avec l’éventualité de la prise de la région PACA.
Allons-nous laisser faire? Comment faire alors pour mettre en avant une véritable alternative de gauche, quand après l’échec aux dernières consultations le Parti Socialiste et le gouvernement maintiennent la même politique? C’est bien joli d’appeler à l’union à gauche mais pour faire quoi?
Il est temps que le peuple se réveille de ce cauchemar et que tous ceux qui pensent que d’autres choix sont possibles se lèvent et combattent ensemble pour la liberté, l’égalité, la fraternité et la démocratie.

TOUS A VELOS !

Bravo pour la piste cyclable de l’avenue Maréchal Juin: large, sécurisée elle permet aux amoureux de la petite reine de circuler en toute tranquillité entre Cannes et golfe Juan. Son prolongement prévu sur le boulevard Gazagnaire jusqu’à la Pointe Croisette sera le bienvenu. Il reste cependant encore beaucoup à faire sur la communauté d’agglomération pour la sécurité des cyclistes.
Sur le boulevard Carnot l’étroitesse de la voie et les pavés en bordure du trottoir rendent la cohabitation voiture-cycliste dangereuse. Mais le choix a dû être fait entre places de parking et piste cyclable, ce sont les places de parking qui ont gagné (elles sont plus utiles aux commerçants du boulevard).
Toujours sur le parcours du BHNS, la situation aux Tourades est aussi problématique, la piste cyclable étant discontinue: en allant de la Bocca à Mandelieu le long de la voie de droite jusqu’à Mac Do, puis plus rien pendant 300 m(!), puis de nouveau le long de la même voie jusqu’à l’arrêt de bus et là, la piste passe de l’autre côté pour se terminer au carrefour sans continuité jusqu’à Mandelieu et ne reprenant ensuite sur l’avenue Saint Exupéry, qu’après l’entrée de l’autoroute. C’est donc un parcours du combattant au niveau de dangerosité élevé qui est proposé là aux cyclistes, ce qui explique la faible fréquentation de la zone par ce moyen de locomotion.
Enfin le boulevard du Midi n’est pas prêt d’accueillir correctement les vélos, puisqu’il faudrait supprimer le couloir de stationnement (500 places environ) et retrouver à proximité la même capacité d ‘accueil pour les voitures.

TOUCHE PAS A LA PLAGE !

La mise en œuvre du décret de 2006 qui veut rendre aux usagers l’accès au domaine maritime public se traduit de manière étrange en ce début 2015. Nice Matin fait remarquer que sur le boulevard du Midi les bâtiments, bien que démontables ( du démontable que nous ne verrons jamais démonté, quelle hypocrisie !) seront plus haut et cacheront une partie de la vue sur la mer.
Le Maire de cannes que nous avons interviewée sur ces questions nous répond que c’est normal puisque ces restaurants doivent être construits sur pilotis pour éviter les dégâts causés par les coups de mer : le bas étant plus haut le haut devient plus haut. Dont acte ! Par ailleurs nous avons observé que le restaurant qui se reconstruit en face du SICASIL était précédemment 300m plus loin en direction de Mandelieu à un endroit où la largeur de sable était inexistante. Cette concession va empiéter sur la partie de plage la plus large avec une emprise au sol de 600 m2 et une surface bâtie qui sera passée de 126 m² à 255 m², laissant aux usagers habituels un espace extrêmement réduit. Certains usagers (700 pétitionnaires !) ont d’ailleurs engagé un recours au TA mais les travaux continuent !
https://www.facebook.com/touchepasmaplage.
Le Maire de Cannes a paru surpris et semblait ignorer le recours en TA. Il nous a répondu que l’emprise au sol est la même que pour la précédente concession mais que le sable avait disparu sous l’effet des coups de mer quant à la surface bâtie il a paru étonné et va vérifier. Ces réponses nous ont un peu surpris car Monsieur Lisnard avait pris des engagements de campagne sur ces questions. Se pourrait-il que de telles choses se fassent à son insu ? Pour l’heure l’ancien bâtiment étant détruit, il est bien difficile de vérifier tout cela sauf pour qui peut consulter les actes de vente et les documents de la précédente concession. Le TA peut le faire s’il estime que le recours des usagers et riverains est valide. Cela permettrait d’avoir toute la transparence sur cette opération.
En tous cas, alors que dans beaucoup d’endroits les plagistes ont protesté vigoureusement contre la mise en œuvre du décret à Cannes nous n’avons rien entendu. Les plagistes cannois sont-ils plus légalistes qu’ailleurs ou bien ont-ils tiré quelques avantages de ces reconstructions ?

COVOITUREZ QU’ILS DISENT !

De tous les départements de la PACA celui des Alpes Maritimes est le seul qui n’ait pas prévu de parking de délestage-covoiturage aux sorties d’autoroutes. Ce choix probablement guidé par des considérations économiques (prix du foncier) contribue à la surcharge permanente des axes routiers et autoroutiers de notre département et par là même à la pollution aux particules fines de plus en plus fréquente. Dans un article de Nice Matin (lundi 15/04), la journaliste souligne, à juste titre, ce que constatent au quotidien les usagers : à savoir l’embouteillage quasi permanent de l’axe des Tourrades à l’autoroute.
Cette situation devrait s’aggraver avec la création du multiplex prévu à la Bastide Rouge. Depuis plusieurs années nous militons pour un parking de délestage covoiturage à la sortie de l’autoroute à la Bocca. Jusqu’à présent, beaucoup d’automobilistes laissaient leur voiture dans le rond-point sous les arbres. Les arbres ont été coupés et un parapet édifié pour empêcher le stationnement à cet endroit ! Il en avait été fait de même précédemment à la sortie d’autoroute à Mougins devant les bâtiments d’EDF.
On ne peut pas prôner le développement du covoiturage et les transports en commun et en même temps créer les conditions pour que ceux qui veulent « moins de bagnole » ne puissent le faire. Il faut créer les conditions pour que cela soit incitatif et aisé.
Un parking gratuit dans le rond-point, au-delà de la piste cyclable, aux abords de la rue Antoine Laurent avec une navette gratuite rejoignant le premier arrêt du BHNS nous parait beaucoup plus approprié que le panneau qui renvoie les gens au parking de la Canardière situé à 1.5 km de là !
Hélas il semble que cette solution ne convienne pas aux élus de la CAPL. Ceux-ci envisagent, eux, un parking de délestage à la Bastide Rouge avec un accès direct depuis l’autoroute(!), par le passage à voie unique du Chemin de la plaine de Laval? L’idée étant plutôt d’amener les voitures au milieu de la zone commerciale : quelle drôle d’écologie voilà!