Privatisation de la société des aéroports de la Côte d’Azur.

Privatisation de la société des aéroports de la Côte d’Azur.
C’est voté ! Dans la soirée de jeudi l’article 49 de la loi Macron a été voté et ce malgré l’opposition de la quasi-totalité de la classe politique présente, à l’exception des députés socialistes « godillots ». Nos cantons sont directement concernés par ce vote car la société des aéroports de la Côte d’Azur ne comporte pas seulement l’aéroport de Nice (deuxième aéroport de France), l’aéroport de Cannes Mandelieu (deuxième aéroport de France en matière d’aviation générale) et l’aéroport de Saint Tropez La Mole.
Il est essentiel que la puissance publique en garde le contrôle.
Cette société dont l’Etat était jusqu’alors actionnaires à hauteur de 60 % va donc voir entrer des actionnaires privés qui vont rapidement y devenir majoritaires, la société dégageant des bénéfices confortables et, au final, seuls décisionnaires. Ces groupes financiers français comme étranger ne sont pas des philanthropes et plutôt que mettre en avant l’intérêt du service public ou les besoins économiques du territoire ils ne vont avoir de cesse de remplir les poches de leurs actionnaires.
En outre, pour l’aéroport de Mandelieu il y a fort à craindre que d’une activité relativement encadrée aujourd’hui on passe à une activité qui va accroitre considérablement les nuisances pour la population de nos trois cantons. Les députés du Front de Gauche (André CHASSAIGNE notamment) sont montés au créneau sur cet article, en dénonçant la mainmise de Bruxelles qui exige des gages de réformes libérales et en rappelant le fâcheux et rocambolesque précèdent de la privatisation des autoroutes ,dont tout le monde se mord les doigts aujourd’hui.
Les députés niçois ESTROSI et SALLES ont eux aussi plaidé pour le retrait de cet article 49; sans plus de succès. Par contre, le Président du Conseil général, mais aussi député CIOTTI, ainsi que nos députés locaux TABAROT et BROCHAND, très occupés ailleurs certainement, n’ont pas jugé nécessaire d’intervenir. A moins qu’ils aient été convaincus que la bataille était perdue d’avance. Belle image de la démocratie parlementaire ! Comment les candidats de l’UMP et ceux du PS dans nos trois cantons vont-ils pouvoir justifier cela et se présenter sereinement à vos suffrages ?