Archives mensuelles : février 2015

NOS CANDIDATS AUX ELECTIONS DEPARTEMENTALES

 

  • Dans le 7ième canton (ouest Cannes, la Bocca et Rocheville)

Christine SCHOUVER et Dominique HENROT

Remplaçants: Sylviane VIANEY et Ahmed EL MASSAOUDI

  • Dans le 8ième canton (partie est de Cannes)

Véronique GOTTI et Claude MEYFFRET
Remplaçants: Sylvie ROLLY et Eric VIOLA

  • Dans le 13ième canton : (Mandelieu, Théoule, Pégomas La Roquette, Auribeau)

Sophie BASILIEN et Hervé LAVISSE
Remplaçants: Danielle CHIERICI et Patrick BONNET

  • Dans le 9ième canton (Le Cannet, Mougins)

Anne MANAUTHON et Pierre BERNASCONI
Remplaçants: Geneviève HUCHET et Clarens LAVEILLE

Faire le bon choix!

Le 22 mars aura lieu le premier tour des élections départementales qui remplacent maintenant les cantonales. Pour le première fois dans toute la France on votera en même temps pour élire ces élus de proximité que sont les conseillers départementaux.
Dans les Alpes Maritimes le parti Communiste et ses partenaires du Front de Gauche auront des candidats dans 26 des 27 cantons souvent associés avec EELV ou Nouvelle Donne.
Dans notre communauté d’agglomération c’est avec des militants associatifs et syndicaux que se sont constitués les binômes de candidats et de remplaçants. Assurer la présence d’une liste soutenue par le Front de Gauche dans chacun des 4 cantons qui la composent est une première victoire pour les militants de l’alternative à gauche.
La vrai gauche, la gauche anti austérité sera donc bien présente afin de vous proposer le choix de l’alternative à l’austérité, du progrès et de la justice sociale, de l’égalité, de la solidarité, du vivre ensemble dans un paysage politico-médiatique peu enthousiasmé par le discours progressiste.
Quand, jour après jour, on constate l’acharnement de la commission européenne et de la BCE à vouloir contourner et refuser le vote du peuple Grec, on voit bien l’importance qu’il y a d’ouvrir le débat sur le progrès social, l’égalité et la démocratie.
Au lendemain de l’utilisation du 49-3 pour faire passer en force la loi Macron dont Mme MERKEL se réjouit bruyamment, le vote des élections départementales sera une nouvelle étape dans la construction d’un rassemblement anti-austérité nécessaire à la transformation sociale et écologique.

Prenons le pouvoir sur les banques !

Il est nécessaire et urgent que les peuples prennent le pouvoir sur les banques, jusqu’à la BCE, pour mettre fin aux scandales financiers avec une réorientation socialement efficace des financements.
Nous faisons trois propositions:
1. Instaurer une maîtrise publique et démocratique des banques !
Tant que les intérêts privés gouverneront les banques, il n’y aura pas de sortie de crise possible.
Mobilisons-nous, pour réorienter le crédit avec de nouveaux critères de distribution, la nationalisation des grandes banques françaises et de nouveaux pouvoirs d’intervention aux personnels et à tous les usagers. Il le faut pour que les citoyens et leurs élus maîtrisent l’utilisation de l’argent dans le pays!
2. Placer le crédit au service d’une relance sociale !
L’argent des banques ce n’est pas l’argent des banquiers, c’est notre argent ! Chaque mois des milliards en salaires, pensions, retraites et allocations diverses sont déposés dans les comptes courants bancaires (511 milliards rien qu’en Île-de-France) ! C’est grâce à cet énorme matelas de sécurité, et à l’appui de la BCE (refinancement), que les banques peuvent, avec les crédits qu’elles accordent, créer la monnaie nécessaire à l’économie. Et plus ces crédits servent à créer des richesses réelles nouvelles, plus les dépôts en banques augmentent. Or, aujourd’hui les crédits servent surtout à réaliser d’énormes profits financiers et immobiliers, des délocalisations et à étrangler les PME, les artisans et les petits commerçants.
Mobilisons-nous pour que les critères d’octroi de crédits répondent non pas à l’exigence de profit immédiat d’actionnaires mais au développement de l’emploi, à nos besoins sociaux et écologiques base pour une nouvelle croissance réelle.
3. Prendre le pouvoir sur la BCE pour stopper l’austérité et financer le développement humain !
Loin d’être «indépendante » comme le proclame les dirigeants européens, la BCE leur sert aujourd’hui à mettre à genou le peuple Grec et tous les peuples européens pour que la finance continue de gouverner.
Mobilisons-nous pour stopper l’austérité, créer un Fonds de développement européen alimenté par la BCE pour financer tous les services publics en Europe, conditionner l’appui de la BCE aux banques à la réalisation d’engagements chiffrés de créations d’emplois et de formations correctement rémunérés.

Le logement : un droit ou une source de profits ?

Le logement : un droit ou une source de profits ?
Comment faire du fric avec le logement? Comment en faire une marchandise rentable ? Demandez, la loi Macron est là pour ça !
Les grandes villes du littoral plafonnent à 10% en moyenne de logement sociaux, quand la loi leur fait obligation d’être à 20%.Toutes, même Cannes sont hors la loi.
Pour les 70% des habitants du département éligibles (par leurs revenus modestes) au logement HLM, le ministre Macron change la cible et propose le logement intermédiaire. En échange d’une aide financière publique les investisseurs s’engagent à louer à des prix plafonnés pendant plusieurs années … jusqu’à 16€ le m² soit le T3 de 60m² à 1000€ !
A la différence des HLM, les loyers versés par ces nouveaux locataires ne restent pas dans le domaine public. Les fonds d’investissement du logement intermédiaire regroupent des fonds publics et aussi privés dont les profits sont estimés à 5% par la Société Nationale Immobilière (filiale de la Caisse des Dépôts).
Non content de toucher des revenus lucratifs sur la location, ces investisseurs pourront revendre les logements intermédiaires au bout d’une dizaine d’années histoire d’engranger de nouveaux profits !
Pour nous l’humain d’abord : le logement est un droit.
C’est scandaleux. Alors que le Maire de Cannes annonce un ralentissement des constructions d’HLM pour les années à venir, nous disons qu’il faut répondre aux besoins en logement des cannois : pas un permis de construire ne doit être délivré s’il n’est pas prévu dans un premier temps 25%, puis à terme 30% d’appartements sociaux dans le projet.

Privatisation de la société des aéroports de la Côte d’Azur.

Privatisation de la société des aéroports de la Côte d’Azur.
C’est voté ! Dans la soirée de jeudi l’article 49 de la loi Macron a été voté et ce malgré l’opposition de la quasi-totalité de la classe politique présente, à l’exception des députés socialistes « godillots ». Nos cantons sont directement concernés par ce vote car la société des aéroports de la Côte d’Azur ne comporte pas seulement l’aéroport de Nice (deuxième aéroport de France), l’aéroport de Cannes Mandelieu (deuxième aéroport de France en matière d’aviation générale) et l’aéroport de Saint Tropez La Mole.
Il est essentiel que la puissance publique en garde le contrôle.
Cette société dont l’Etat était jusqu’alors actionnaires à hauteur de 60 % va donc voir entrer des actionnaires privés qui vont rapidement y devenir majoritaires, la société dégageant des bénéfices confortables et, au final, seuls décisionnaires. Ces groupes financiers français comme étranger ne sont pas des philanthropes et plutôt que mettre en avant l’intérêt du service public ou les besoins économiques du territoire ils ne vont avoir de cesse de remplir les poches de leurs actionnaires.
En outre, pour l’aéroport de Mandelieu il y a fort à craindre que d’une activité relativement encadrée aujourd’hui on passe à une activité qui va accroitre considérablement les nuisances pour la population de nos trois cantons. Les députés du Front de Gauche (André CHASSAIGNE notamment) sont montés au créneau sur cet article, en dénonçant la mainmise de Bruxelles qui exige des gages de réformes libérales et en rappelant le fâcheux et rocambolesque précèdent de la privatisation des autoroutes ,dont tout le monde se mord les doigts aujourd’hui.
Les députés niçois ESTROSI et SALLES ont eux aussi plaidé pour le retrait de cet article 49; sans plus de succès. Par contre, le Président du Conseil général, mais aussi député CIOTTI, ainsi que nos députés locaux TABAROT et BROCHAND, très occupés ailleurs certainement, n’ont pas jugé nécessaire d’intervenir. A moins qu’ils aient été convaincus que la bataille était perdue d’avance. Belle image de la démocratie parlementaire ! Comment les candidats de l’UMP et ceux du PS dans nos trois cantons vont-ils pouvoir justifier cela et se présenter sereinement à vos suffrages ?