Faire sauter les verrous, mais pas n’importe lesquels !

Le ministre du travail (socialiste ?) trouve que les 35 heures sont trop rigides et qu’il faut « faire sauter les verrous ». Disant cela il se fait l’écho des demandes de Monsieur Gattaz, sorte de « Monsieur Plus » de la dérèglementation, qui ne cesse de crier que les Français ne travailleraient pas assez et en tous cas moins que leurs voisins européens.
Ce n’est pas ce qui ressort du travail de Barbara ROMAGNAN (députée PS « frondeuse ») rapporteuse de la commission parlementaire sur les 35 heures. En effet, son rapport montre que la moyenne de la durée hebdomadaire du travail est de 37.5 heures alors qu’elle est de 36.5 heures en Angleterre, de 35.3 en Allemagne et de 30 heures aux Pays Bas.
De plus, les 35 heures ne sont pas un plafond, mais le seuil à partir duquel on comptabilise les heures supplémentaires. Selon l’INSEE, la durée moyenne des temps pleins en France est de 39 heures (il est où le verrou ?). La loi précise que tout employeur peut faire travailler davantage ses salariés à condition de rester dans la limite de la législation européenne du temps de travail qui est de 44 heures voire de 48 heures sur un cycle court (c’est ce que réclament fort justement les médecins urgentistes aujourd’hui). Les 35 heures permettent aussi aux employeurs de moduler le temps de travail hebdomadaire au cours de l’année, permettant ainsi aux entreprises d’utiliser les équipements sur une plus large amplitude et de faire face aux fluctuations des commandes.
Si on ajoute les augmentations successives du quota d’heures supplémentaires qui sont passées de 130 heures année en 2002 et 220 en 2008(il n’est pas là le verrou non plus).
En outre, l’ANI (accord national interprofessionnel), que nous avons combattu, donne une très grande latitude de dérèglementation aux employeurs tant sur le plan du temps de travail, que des contrats ou des salaires.
Pour finir et sachant qu’il représente 26.5 % des salariés en Europe (18 % en France) il est intéressant d’intégrer le temps partiel dans la statistique sachant qu’en France la durée moyenne hebdomadaire du temps partiel est plus élevée qu’ailleurs. Ainsi la moyenne hebdomadaire du temps de travail temps partiel inclus, en France pour 2010 selon l’INSEE, serait de 37.5 heures quand elle est de 35.3 en Allemagne, 36.9 en Italie, 36.5 en Grande Bretagne et 30 heures aux Pays Bas. La moyenne européenne étant de 37.2 heures. Au final et contrairement à ce dont on nous rebat les oreilles quotidiennement sur les ondes, les salariés français ont encore des conquêtes sociales à faire.

Dominique HENROT