LA ZEP DE RANGUIN DE NOUVEAU EN DANGER

Classé établissement ZEP (zone d’éducation prioritaire) dès la création du dispositif en 1982, le collège Gérard Philipe à Ranguin, risque, s’il n’y à pas de réactions, de perdre à la rentrée prochaine son statut « privilégié ». Depuis, la création de la ZEP la dénomination a changé pour devenir REP (réseau d’éducation prioritaire), mais le traitement en gros est resté: donner davantage de moyens aux établissements où sont concentrées les plus grandes difficultés scolaires et sociales.

Qu’est qui a changé aujourd’hui? Rien!
Le ministère de l’éducation nationale, via le rectorat de Nice, décide de déclasser le collège Gérard Philipe. La situation sociale des habitants des quartiers Ranguin, Ranchito et Saint Pierre (qui fournissent l’essentiel du recrutement scolaire du collège) ne s’est pas améliorée, loin de là avec l’aggravation de la crise, ces dernières années. Ceux qui y habitent le savent bien!
Si le pourcentage d’élèves faisant partie des catégories sociales dites défavorisées se situe en milieu de tableau par rapport aux autres collèges de l’académie et encore en dessous des collèges des Vallergues ou des Muriers, c’est en partie dû à la venue des enfants de La Roquette et Pégomas qui auront leur propre collège d’ici trois ans.

Pour les élèves de 3° la sélection est dure:
Alors qu’ils bénéficient de meilleures conditions de travail, seulement 57% sont orientés en seconde générale et technique (moyenne académique 70%) alors que les résultats au brevet (83.5%) sont proches de la moyenne académique (85%). Qu’en sera-t-il si la REP est supprimée?
Ce sont là des indicateurs qui plaident pour le maintien du statut particulier. En effet, c’est bien parce que depuis des années une équipe d’enseignants dynamique et soudée fonctionne avec moins de 24 élèves par classe que des progrès ont pu être réalisés.

Que va-t-il en être à la prochaine rentrée ?

Perdant le statut de REP le collège va perdre des moyens en heures et en postes d’encadrement et le seuil de 24 élèves par classe va passer à 29 rendant plus difficiles les conditions d’apprentissage des élèves.
En fait, il n’y aura pas davantage d’établissements classés REP dans l’académie de Nice, mais certains vont devoir sortir du dispositif pour en faire entrer d’autres. C’est la gestion de la pénurie de moyens quand le gouvernement annonce des efforts sans précédents pour l’éducation ! 60 000 créations de postes promises pour la durée du mandat de Monsieur HOLLANDE ! Mais à ce jour ce sont seulement 2 500 créations effectives et de nombreux postes aux concours ne sont pas pourvus tant le métier devient peu attractif avec des conditions de travail qui se dégradent de plus en plus et des salaires bloqués depuis maintenant plus de trois ans !

C’est le jeu des chaises musicales!
La situation sera examinée de nouveau dans 3 ans. Finalement, ce dispositif permet une amélioration qui conduit à sa suppression qui conduira à une détérioration et la nécessité d’intégrer, peut-être, de nouveau le dispositif dans quelques années ! Et pendant ce temps qu’en est-il des élèves ; leur intérêt est-il vraiment pris en compte? Économie de bout de chandelles, vision à court terme, il faut que cela cesse et que les problèmes soient véritablement pris en compte dans la durée.
Les enseignants, mais aussi l’association des parents d’élèves FCPE de Ranguin, se mobilisent et ont décidé de réagir en prenant des initiatives. C’est tout le quartier qui doit être solidaire de leurs actions dans l’intérêt de notre jeunesse.
Soyons vigilants et attentifs. La sortie de la REP peut-être évitée une nouvelle fois par l’action du plus grand nombre.

Dominique HENROT